Notre histoire

Historique du Domaine Saint Jean de Villecroze

On pense que les origines du Domaine remontent au Templiers, quand les chevaliers occupaient le territoire sous le patronage de leur Saint-Patron : Saint-Jean.

Après une longue période d’inactivité, le Domaine fût acheté en 1973 par un couple franco-américain. A cette époque là, aucun vignoble n’existait encore au Domaine Saint Jean et au départ l’idée de créer un vignoble n’était pas encore venue aux nouveaux propriétaires du domaine.

La visite d’un œnologue américain révolutionna tout cela en faisant une étude approfondie du terroir. Ses conclusions, étaient que le sol, le climat et l’environnement devaient permettre une production fabuleuse de vin dans le style californien.

Avec l’aide des conseils du célèbre Professeur Amérine, directeur de l’école d’œnologue de Davis en Californie et du tout aussi célèbre Professeur Boubals, directeur de la chaire de Viticulture de l’Ecole Nationale Supérieure d’Agronomie de Montpellier, les propriétaires investissent, dès 1974, dans les meilleurs équipements œnologiques et créèrent un vignoble de 30 hectares de vignes. Après une étude approfondie des cépages, le choix se porta sur du Cabernet-Sauvignon et du Cinsault, suivie par la suite de Syrah et Grenache.

Le domaine Saint-Jean de Villecroze mérite bien aujourd’hui
sa réputation de grands vins de Provence.

Le domaine Saint-Jean de Villecroze se situe aujourd’hui parmi les vignobles de Provence les plus performants et les plus prestigieux grâce à :

  • Son outils de production : climat, terroir, encépagement.
  • Ses installations commerciales : salle de réception, boutique de vente.
  • Son savoir-faire technique
  • Sa réputation locale, régionale et internationale : en particulier ses vins rouges Cabernet-Sauvignon vendus après un long vieillissement dans ses caves, mais aussi ses nouvelles productions en vins Côtes de Provence, notamment rosés.
  • Au dynamisme de ses propriétaires qui continuent la tradition de leurs prédécesseurs par de nouvelles innovations sur le plan technique (construction d’un nouveau chai, réalisation de nouvelles plantations) et aussi sur le plan marketing et commercial (réorganisation et développement régional et international).